header
Oméga 3, Oméga 6 une source d’équilibre

Notre alimentation est aujourd’hui déséquilibrée

omega2

Les Oméga 3 et les Oméga 6 sont des acides gras dits essentiels car ils sont nécessaires au bon développement et au fonctionnement de l’organisme. Mais ce dernier est incapable de les fabriquer : Il faut donc nécessairement les puiser dans l’alimentation.
Toutefois, si ces deux familles d’acides gras jouent un rôle positif et indispensable dans notre équilibre physiologique, ils peuvent rentrer en concurrence : un excès d’Oméga 6 empêche les Oméga 3 de tenir leur rôle notamment vis-à-vis de la protection cardiovasculaire.
Entre 1960 et 2000 la consommation en Oméga 6 a globalement augmenté de 250 % en France, alors que la consommation d’Oméga 3 a diminué d’ environ 40 %. Le rapport Oméga 6 / Oméga 3 a ainsi quadruplé en 40 ans avec des apports en Oméga 6 qui atteignent le double des recommandations.

Parallèlement, les apports en Oméga 3 sont deux fois inférieurs à celles-ci. Ce déséquilibre s’explique par une consommation directe ou indirecte de matières grasses végétales riches en acide linoléique (huiles de tournesol ou de maïs, par exemple) et, en acides gras saturés (huile de palme), entrainant une modification de l’alimentation animale caractérisée par une nourriture à base de maïs et de soja remplaçant l’herbe traditionnelle.

Les professionnels de la santé recommandent ainsi, à travers le Programme National Nutrition Santé, une augmentation des apports en Oméga3 dans notre alimentation. Ceux-ci peuvent provenir directement d’aliments comme les poissons gras, l’huile de colza ou les graines de lin cuites. Mais on peut aussi consommer des produits d’animaux nourris avec des aliments eux-mêmes riches en Oméga 3. C’est le cas de la luzerne particulièrement riche en acide alphalinolénique, (le précurseur de tous les Oméga 3). Elle participe ainsi à l’amélioration de notre alimentation lorsque nous consommons des produits animaux issus d’élevage dont la ration comporte de la luzerne. On peut parler alors de « prévention passive ».

Vidéo de Pierre Weil,
co-Président de Bleu Blanc Cœur